Les complications médicales

Les complications médicales précoces sont surtout liées aux risques de l'anesthésie générale. Par exemple l'infection pulmonaire dû à une fausse route lors de l'intubation oro-trachéale. Les complications thrombo-emboliques (phlébite et embolie pulmonaire) sont également des complications majeures et fréquentes dans les jours qui suivent l'intervention et nécessitent donc la mise en place d'une anticoagulation préventive pendant une durée de un mois.

 

Parmi les complications médicale tardives: il existe 2 catégories de complications.

 

  • Les complications biliaires
    Après toute chirurgie bariatrique, la perte de poids rapide induit une augmentation de la survenue de calculs de la vésicule biliaire pouvant provoquer des infections (cholecystite, angiocholite) ou des pancréatites. Ce risque peut survenir dès le troisième mois post-opératoire. Compte tenu de la fréquence de cette complication, un bilan échographique de la vésicule biliaire à la recherche de lithiase est réalisé avant toute intervention. Dans certains cas une ablation de la vésicule est proposée au moment de l'intervention chirurgicale.

  • Les carences nutritionnelles 
    Après une chirurgie bariatrique, l'importance de la restriction alimentaire provoque des carences nutritionnelles qui peuvent être très sévère. Leurs fréquences  dépendent du type d'intervention chirurgicale. Elles sont plus importantes dans les interventions de malabsorption (type « by-pass gastrique » et « dérivation bilio-pancréatique ») comparé aux interventions de réduction gastrique (anneau et sleeve gastrectomie). Il existe:

    • la dénutrition protéique et la diminution de la masse maigre: elles sont dues à un apport alimentaire très réduit, à une intolérance à certaines viandes, ainsi qu'à une malabsorption de certains nutriments lipidiques et protéiques.

    • La carence martiale (carence en fer) responsable d'une anémie: c'est une complication très fréquente lié à un défaut d'absorption du fer.

    • Le déficit en vitamine B12: il est très souvent asymptomatique mais peut se manifester par une anémie. Si ce déficit devient chronique il peut provoquer des lésions neurologiques.

    • Le déficit en folates (vitamine B9).

    • La carence en vitamine B1 dont le déficit sévère peut entrainer des complications neurologiques.

    • Le déficit en vitamines liposolubles plus fréquente dans les interventions de malabsorption. On retrouve:

      • La carence en vitamine A: elle est responsable d'un trouble de la vision nocturne.

      • La carence en vitamine D: elle a pour conséquence une déminéralisation du squelette osseux avec une augmentation du risque de fracture.

      • La carence en vitamine E

      • La carence en vitamine K.

    • Le déficit en Zinc est également observé car ce nutriment dépend de l'absorption des graisses. Cette carence entraîne une perte de cheveux.

Pour palier à toutes ces carences nutritionnelles, une supplémentation en micronutriments est proposée chez tous les patients en post-opératoire. Un bilan nutritionnel ainsi qu'un suivi régulier  sont également réalisés en périopératoire.

 

 

 

Sources:

1.        Folope V, Coëffier M, Déchelotte P. Carences nutritionnelles liées à la chirurgie de l’obésité. Gatroenterol Clin Biol [Internet]. 2008 [cited 2013 Feb 27];369–77. Available from: http://www.em-consulte.com/article/130179

2.        Thereaux J, Veyrie N, Corigliano N, Aissat A, Servajean S, Bouillot J-L. [Bariatric surgery: surgical techniques and their complications]. Presse Med. [Internet]. 2010 Sep [cited 2013 Feb 16];39(9):945–52. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20634035

3.        Msika S. La chirurgie de l’obésité morbide de l'adulte : 2. complications. J Chir. 2003;140.